L'aluminium

L'aluminium est un élément chimique, de symbole Al et de numéro atomique 13. C’est un métal pauvre, malléable, de couleur argent, qui est remarquable pour sa résistance à l’oxydation13 et sa faible densité. C'est le métal le plus abondant de l'écorce terrestre et le troisième élément le plus abondant après l'oxygène et le silicium ; il représente en moyenne 8 % de la masse des matériaux de la surface solide de notre planète. L'aluminium est trop réactif pour exister à l'état natif dans le milieu naturel : on le trouve au contraire sous forme combinée dans plus de 270 minéraux différents, son minerai principal étant la bauxite, où il est présent sous forme d’oxyde hydraté dont on extrait l’alumine. Il peut aussi être extrait de la néphéline, de la leucite, de la sillimanite, de l'andalousite et de la muscovite.

L'aluminium métallique est très oxydable, mais est immédiatement passivé par une fine couche d'alumine Al2O3 imperméable de quelques micromètres d'épaisseur qui protège la masse métallique de la corrosion. On parle de protection cinétique, par opposition à une protection thermodynamique, car l’aluminium reste en tout état de cause très sensible à l'oxydation. Cette résistance à la corrosion et sa remarquable légèreté en ont fait un matériau très utilisé industriellement.

L'aluminium est un produit industriel important, sous forme pure ou alliée, notamment dans l'aéronautique, les transports et la construction. Sa nature réactive en fait également un catalyseur et un additif dans l'industrie chimique ; il est ainsi utilisé pour accroître la puissance explosive du nitrate d'ammonium.


L'Anodisation du fil aluminium

L'anodisation est un traitement de surface (de type conversion) qui permet de protéger ou de décorer une pièce en Aluminium (ou alliage) ou Titane (ou alliage), par oxydation anodique (couche électriquement isolante de 5 à 50 micromètres). Elle octroie aux matériaux une meilleure résistance à l'usure, à la corrosion et à la chaleur. L'épaisseur est fonction de la destination du produit final.

Pour les usages courants à l'intérieur cinq micromètres sont suffisants, dix pour l'extérieur, vingt pour le bord de mer et parfois plus (anodisation dure) pour des usages spécifiques très agressifs. L'anodisation améliore également l'aspect (incolore ou teinté). L'opération consiste en une succession de bains suivis de rinçage : un premier pour préparer la surface, un second pour produire l'oxyde, un troisième pour la couleur éventuelle et enfin le dernier pour stabiliser. L'oxydation naturelle incontrôlée des pièces en aluminium ne forme pas de barrière étanche, sauf pour certains alliages d'aluminium moins sensibles aux corrosions (exemple AG6).

Cet oxyde d'aluminium, très pur, (nom : alumine, (blanche en couche épaisse)) est d'une dureté très élevée (c'est le corindon, utilisé dans les abrasifs). L'anodisation forme une couche de cristaux qui sont très hygrophiles, propriété que l'on utilise pour colmater la surface. Cette hydratation (dernière phase du traitement) provoque une combinaison stable avec cet oxyde (étanche aux agents corrosifs) (pratiqué à chaud, plus de 70 °C, certains ajoutent du bichromate de potassium 50 g/l). Dans le cas de l'aluminium ces cristaux permettent d'emprisonner des colorants très fins qui sont bloqués dans la structure. La couleur des pièces en Titane anodisé dépend de la tension appliquée lors de l'anodisation (à composition de bain identique). Les couleurs obtenues sont très agréables. Il est possible aussi de ne pas colmater la couche d'anodisation, notamment dans le cas où une couche de peinture est appliquée ultérieurement. En effet la couche poreuse servira de base d'accroche (mécanique) à la peinture.


La pâte Polymère

La pâte polymère peut servir pour l'élaboration de bijoux divers. On peut par exemple créer des boucles d'oreilles, des colliers ou des bagues. Une fois ouverte, elle peut durer plus de deux mois a l'air sans sécher. On peut rétrécir et allonger la pâte comme on veut sans pour autant modifier les motifs. Elle ne convient cependant pas pour mettre des aliments à l’intérieur. Il existe de nombreuses techniques pour des créations du plus bel effet. Parmi ces techniques :

  • le millefiori qui consiste à faire des colombins de pâte polymère afin de créer un motif dans une « cane » que l'on découpe pour obtenir des petits motifs indépendants ;
  • le skinner blend qui permet d'obtenir une bande dégradée ;
  • les marbrures, les spirales, les cannes candyetc. ;
  • le canning qui est le fait de créer des cannes avec des motifs divers que l'on coupe ensuite pour les utiliser dans les créations.

La pâte Fimo ne sert pas uniquement à faire des bijoux, mais aussi des porte-clefs, des grigris, des figurines (d'animaux, de plantes par exemple).


Les perles magiques

Ces perles magiques doivent l'intensité de leurs reflets à un coeur de résine et à une succession de couche de laque superposées, ce qui leur donne un rendu incomparable.

Elles sont parfaites pour toutes vos créations de bijoux ou autres loisirs créatifs.


La feutrine

La feutrine est une étoffe colorée, moelleuse et légère. Ce n’est pas un textile tissé mais un type de feutre qui est obtenu par feutrage de la fibre textile.

Le matériel traditionnellement employé est la laine cardée de mouton et le poil de chèvre mohair. Il a les caractéristiques d’être chaud, léger, fin et de ne pas « filer ». Au taillage, n’ayant pas de trame ni de chaîne, il ne se défait pas et n’a pas besoin de couture de finition (ourlet).

La feutrine a été créée par la société Lenci pour la confection de poupées artistiques. Anciennement, ces poupées étaient fabriquées en tissu rempli de sciure ou paille, puis peintes et finement décorées. Pour réaliser des poupées qui pouvaient être lavables, le tissu fut recouvert de mousseline pour imiter l’aspect de la peau. L’arrivée du celluloïd élimina la fabrication des poupées en tissu ou en porcelaine.